Untitled

Je pense souvent au fait que nous ne sommes pas durablement interpellé par les événements importants qui s'actualisent dans nos quotidiens

Je parle là de la sensation d'une réalité dont nous n'aurions pas pris l'habitude en l'estompant, ou l'oubliant

Je parle d'une fonction humaine qui nous permettrait de considérer un vécu dans toute la mesure du possible sans le banaliser ni l'amplifier tout en étant dans une capacité fine de discernement

Si c'est bien la conscience qui permet d'appréhender les circonstances d'une manière lucide, l'esprit ouvert

C'est la question de la durée, de l'acuité qui m'interroge

Nous savons qu'il nous est possible d'être moins saisie par les évènements, les voir pour ce qu'ils sont tout en les ayant bien présent dans nos esprits

Notre conscience peut-elle être entraînée à une vigilance sereine, naturelle ?

En cela la maïeusthésie nous interpelle sur le fait que nous gagnons en sensibilité quand nous sommes moins envahis par les émotions

C'est un point de départ important que de constater qu'un manque de sensibilité nous rend plus perméable aux émotions

Entendre en nous ce qui occupe nos ressentis me semble à privilégier avant que nous soyons en capacité de mobiliser notre attention avec sensibilité et de nous rendre particulièrement disponible à la réalité


Posts à l'affiche
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square